L M M J V S D
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 

LUXE - La CFCII, jury pour une formation professionnelle de Il Sole 24 Ore

Article de Sophie Her

LePetitJournal.com de Milan

Mercredi 26 novembre 2013

La mode et le luxe italiens sont tous les jours sous les feux des projecteurs. Mais derrière, c’est un tissu de PME avec des compétences de niche qui garantit la qualité des produits. Beaucoup de ces entreprises tricolores travaillent également avec les plus grandes marques françaises. Les masters proposés par le centre de formation du quotidien Il Sole 24 Ore vise à former les nouveaux managers et entrepreneurs du secteur. La CFCII a été associée à un de leur master. Comment ?


Il Sole 24 Ore met l’information au service de la formation
Le quotidien italien Il Sole 24 Ore a lancé il y a trois ans un cycle de formation professionnelle qui répond à la fois aux exigences des jeunes et à la nécessité de formation continue des professionnels des entreprises privées et publiques. Fort de sa position au cœur de l’information économique et financière, le journal propose des formations concrètes dont les thèmes émanent des tendances du marché, sur proposition des journalistes et des experts. La structure qui héberge la business school24 Ore Formazione Eventi, offre pas moins de 25 masters dispensés par 1.200 enseignants. Chaque année, elle accueille environ 900 étudiants.

Le master "Luxury & Fashion Management"
Paola Botteli, rédacteur en chef de Il Sole 24 Ore et responsable de Moda24, est coordinatrice scientifique du master "Luxury & Fashion Management". Pour elle, "La culture d'entreprise n'est pas une science exacte : elle doit être nourrie avec la même imagination et la même clairvoyance intrinsèques à chaque nouveau produit qui sort des mains précieuses des artisans ou des entreprises de haute technologie"
Au cours de ce master, en plus d’être formés au leadership, les étudiants découvrent le monde du luxe : sa signification, ses acteurs et bien évidemment ses métiers. D’une durée de 6 mois, il offre la possibilité aux étudiant de se confronter au monde de l’entreprise au travers de visites, de stages mais aussi d’ateliers.

Le merchandising visuel, un métier pour faire rêver
Parmi les nombreux métiers du secteur de la mode et du luxe, il est un métier dont la mission est de faire rêver : celui du merchandising visuel, ou comment créer l’émotion chez le client grâce aux supports visuels.
Dispensé sur deux jours par l’architecte Simona Riva, l’atelier sur le merchandising visuel permet d’aborder le concept et de l’illustrer d’exemples concrets. Après s’être familiarisés avec l’idée même d’identité d’entreprise, de produits et de marques, les participants ont visité des points de vente. "La formation est un excellent moyen de faire connaître mon métier" précise-t-elle.

Quand les marques françaises se prêtent au jeu

A l’issue de la formation théorique, les 33 participants du master se sont vus confier la mission de créer une partie du merchandising visuel pour des marques françaises telles que Annick Goutal, Fleurs de Bach, Guerlain, Givenchy, Roger et Gallet, ou encore Sisley. Divisés en groupes, ils ont été amenés à travailler sur la composition, la marque, l’émotion ou le marketing. Leur mission a consisté à écrire une histoire visuelle en utilisant les 5 sens et à réaliser le projet grâce à des collages et des outils graphiques.
Les projets ont ensuite été présentés au Museo della Pelle devant un jury "Consommateur" composé de Letizia Caccavale et Chantal Pallin Zanardi de la CFCII, un jury technique représenté par Simona Riva et un jury "communication et image" en la personne de Daniela Cardina, consultante.

"Il s’agit d’une expérience très positive pour les étudiants qui ont présenté leur projet comme s’il s’agissait d’une compétition, telle que cela se pratique dans le monde du travail. Les faire travailler sur des marques françaises leur ouvre aussi les yeux sur l’étranger" ajoute la professionnelle, nouvellement associée à la CFCII qui a permis cette collaboration.

Crédits photos : Simona Riva