L M M G V S D
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 

EMPLOI - En Italie, il n’existe pas la culture du diplôme

Propos recueillis par Corentine GASQUET

Lepetitjournal.com - Milan - Rome

Lundi 1er octobre 2007

La Chambre française de commerce et d’industrie en Italie assure le service de l’emploi pour les candidats et fournit différents services aux recruteurs. Rencontre avec Chantal Pallin Zanardi, directrice de la Chambre, et Marie-Laure Belin, responsable de Job Chambre

Lepetitjournal.com : Quel est le profil type des candidats qui s’inscrivent sur le site Job Chambre ?

Chantal Pallin Zanardi et Marie-Laure Belin : Ce sont des Français qui souhaitent venir en Italie, le plus souvent pour suivre leur conjoint. D’autres sont d’anciens VIE ou Erasmus qui parlent déjà bien la langue et trouvent facilement un emploi. Environ la moitié des candidats sont des Italiens déjà en poste qui parlent français.

Quels conseils donnez-vous aux candidats ?

Il faut s’inscrire sur le site, regarder les offres régulièrement et lire la documentation. Nous conseillons aussi d’envoyer des candidatures spontanées aux entreprises.

Et aux Français en particulier ?

Pour les candidats français, le premier conseil est d’apprendre l’italien. Il faut éventuellement accepter un poste en dessous de ses qualifications pour ensuite progresser en italien et trouver un autre poste. En Italie, il n’existe pas la culture du diplôme. De même, il faut savoir accepter un contrat différent du traditionnel CDI français. En Italie, 1,5 million de personnes ont un contrat à collaboration ou à projet. La première expérience s’avère la plus dure à trouver, ensuite tout vient plus facilement. 

"Les salaires sont plus bas et les statuts sont différents"

Quels sont les métiers les plus recherchés ? 

Depuis le printemps, nous avons une vingtaine d’offres en permanence. Elles concernent principalement des commerciaux, des assistantes de direction ou commercial et des comptables. 

Quel plus apportez-vous aux entreprises qui recrutent ?

Nous conseillons les entreprises françaises en leur expliquant les différences de marché. Les salaires sont plus bas et les statuts sont différents. Pour les sociétés basées en France qui veulent recruter localement, nous proposons un service de recherche et sélection de personnel et de gestion externalisée des ressources humaines.

Depuis la fermeture des services de l’emploi de Turin et de Rome, Milan possède le seul service de l’emploi en Italie. Allez-vous développer un service pour toute l’Italie ?

Nous avons récupéré le service de Turin et nous commençons aussi à recevoir des candidatures de Rome. Pour l’instant, 90% des offres de la Chambre concernent Milan. Nous conseillons aux candidats turinois et romains de s’inscrire sur le site et éventuellement de nous contacter par mail.